Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 08:09

Suite à l'article du 23 avril 2016 "La Loire, dernier fleuve sauvage d'Europe ?" faisant le constat des effets de l’industrie nucléaire sur notre fleuve, s’est posée à travers certaines réactions, la question de notre capacité de citoyen à agir concrètement.

 

Concernant la contamination en Loire, à part croiser les doigts quand on boit de l’eau du robinet, nous ne pouvons pas faire grand-chose...

En matière de purification de l’eau de boisson, l’utilisation d’un filtre à osmose inverse est la seule façon de garantir une eau débarrassée de ses polluants.

 

A l’échelle du fleuve, il faudra sans doute faire pression sur les pouvoirs publics pour,

  • Avoir des compléments d’enquête sur la contamination – eau et air – lors des accidents de 1963 et 1980.
  • Exiger des mesures en continu en sortie de centrale, par une structure indépendante, comme cela existe déjà sur le Rhône (actuellement ici, le rythme est mensuel et le protocole est fragmentaire)
  • Réglementer fortement - voire interdire - les travaux sur le lit majeur du fleuve, qui conduiraient à remuer des sédiments et donc à remettre en eau libre des particules contaminées au plutonium.

 

 

Une action devrait se monter dans ce sens, par un collectif d’associations, dans les prochaines semaines.

 

A l’échelle de la région, du pays, c’est la question du nucléaire dans son ensemble qui se pose. La contamination au plutonium n’est qu’une petite partie d’un vaste problème.

 

L’idée n’est pas ici faire culpabiliser les bienheureuses personnes qui pensent que l’industrie nucléaire française est infaillible, que le nuage de Tchernobyl a touché tous nos pays voisins mais pas la France, qu’il n’y a donc pas eu d’explosion des maladies de la thyroïde ; que l’électricité produite est bon marché, qu’elle n’émet pas de CO2, qu’on sait traiter les déchets et démanteler une centrale ; que la Ministre est digne de confiance quand elle affirme que la chute sur une centrale d’un avion gros porteur chargé de kérosène ne présente pas de risque ; que la production de déchets radioactifs n’est pas une abjection morale vis-à-vis de nos descendants,...

 

Les lignes qui suivent s’adressent à eux mais surtout aux 47% - sondage IFOP avril 2016 – de personnes qui sont maintenant convaincues qu’il faut arrêter cette technologie.

 

Que puis-je faire en tant que citoyen, pour sortir par le haut de toutes les informations anxiogènes qui s’égrènent au quotidien ?

 

Adhérer à une association qui se mobilise activement pour l’arrêt du nucléaire

Sur le Maine et Loire, 47% de la population majeure, cela représente 282 000 personnes. Les associations en question doivent regrouper environ 100 adhérents, 0.4%. Il y a donc une belle marge de progression possible dans la mise en cohérence entre pensée et actes concrets !

Adhérer, c’est une autre manière de voter.

 

Participer à au moins une action militante par an

Ces associations offrent la possibilité de s’investir – même ponctuellement – dans des actions concrètes. Elles ne vous demanderont pas de descendre en rappel d’une tour réfrigérante de Chinon-Avoine. Ce ne sont pas des extrémistes : plutôt des profils éduc pop, des gens posés et déterminés, qui réunissent beaucoup de compétences prêtes à s’investir dans l’après nucléaire, en matière d’énergies renouvelables, de réduction des gaspillages énergétiques.

 

Aller voir son maire

… ou un autre élu de proximité, pour engager le dialogue avec lui, connaître sa position. Maire, conseiller départemental, député : des permanences existent, rarement utilisées par nous pour des démarches d’intérêt général.

Les réponses à trois questions centrales sont à demander en priorité :

  • Concernant l’eau prélevée en Loire pour usage domestique, êtes-vous en mesure de nous garantir qu’une contamination de la ressource par des particules radioactives peut être détectée ? traitée ?
  • Concernant les transports de matières radioactives sur notre territoire, en cas d’accident – sur route ou rail – serez-vous informé, et pourrez-vous informer les personnels de secours, les riverains, de la dangerosité particulière du chargement ?
  • En cas d’accident à la centrale de Chinon, pensez-vous qu’au-delà de 20 km, les populations, qui ne font l’objet d’aucune information ou préparation particulière, sont à l’abri du risque de contamination ?

 

Si chaque élu est amené à répondre – en toute logique par la négative – à ces questions posées par un certain nombre de ses administrés, la problématique devrait changer d’échelle.

 

Préparer une lettre !

Demandez aux agents immobiliers les difficultés qu’ils commencent à avoir pour vendre des maisons entourées de cultures fortement chimisées, vignes et arbres fruitiers notamment.

Le jour où un accident grave se produit sur une centrale ailleurs en France, ici dans un rayon de 70 à 100 km autour de Chinon, les maisons, les exploitations agricoles, les entreprises perdent du jour au lendemain la moitié de leur valeur. Si c’est Chinon la malheureuse élue, l’ensemble de notre patrimoine immobilier et productif ne vaudra plus rien en quelques heures.

Il faut donc préparer dès aujourd’hui une lettre de demande d’indemnisation aux industriels du nucléaire, car le jour où ça arrivera, vous aurez autre chose à penser, ce sera toujours ça de fait !...

 

Réduire sa consommation d’électricité

C’est la plus accessible des démarches ; bénéfique pour l’économie du ménage, elle apporte sa pierre à la déstabilisation du nucléaire, qui lui a besoin de toujours trouver preneur, de jour comme de nuit, pour sa production non régulable.

 

Devenir client d’Enercoop

C’est le seul fournisseur d’électricité en mesure de garantir que chaque kWh vendu a été acheté physiquement à un producteur d’énergie renouvelable sur nos territoires, à l’exclusion de toute fumeuse compensation sur un marché mondial virtuel.

Pour l'instant, ça reste un peu plus cher que EDF mais du fait des investissements de sécurité que ce dernier va devoir faire sur les centrales – une partie du plan Grand Carénage, estimé 100 milliards d’euros par la Cour des comptes - la tendance devrait s'inverser (effet de ciseau avec le prix des renouvelables en baisse).

 

Investir dans les énergies renouvelables

Plusieurs possibilités s’offrent, il y en a pour toutes les bourses :

  • Devenir soi-même producteur, en électricité photovoltaïque par exemple ; vous contribuerez à décentraliser la production d’énergie et donc à réduire les investissements que doit faire la collectivité pour renforcer les réseaux.
  • A défaut, casser une assurance-vie investie sur des marchés financiers plus ou moins glauques, pour placer les fonds dans un projet de renouvelables participatif et citoyen : via Energie Partagée ou « Eoliennes en Pays d’Ancenis » par exemple. Si vous êtes étudiant-e-s sans le sous, vous avez bien une mère-grand ou un tonton qui pourra vous faire l’avance.
  • Et pourquoi pas créer, sur nos communes, une centrale photovoltaïque villageoise ? Des souscripteurs – habitants, élus, chefs d’entreprise – se réunissent pour créer une structure qui va gérer le projet : réunir le capital, choisir un fournisseur pour les équipements, louer les toitures aux particuliers, aux collectivités locales, etc. Nos villages ligériens ont une grande proportion de toit favorablement exposés et pourraient être le lieu d’une opération exemplaire. Un site internet est dors et déjà dédié au montage de centrales villageoises. Au sein de l’association Alisée un groupe est actif sur ce sujet.

 

 

 

 

 

Jean-Yves Busson

Le 15 mai 2016

 

 

Merci aux administrateurs de l’Atelier d’avoir permis l’expression de cette prise de position.

N’hésitez pas à vous exprimer sur ce sujet.

Partager cet article

Repost0

commentaires